Environment

INCLURE LE NUCLÉAIRE DANS LA TAXONOMIE FINANCIÈRE DURABLE DE L'UE

Petition is directed to
UE Groupe d'Experts Techniques
5.758 Supporters
Collection finished
  1. Launched September 2019
  2. Collection finished
  3. Prepare submission
  4. Dialog with recipient
  5. Decision

À l'heure actuelle, pratiquement aucun pays n'est en bonne voie pour faire sa contribution pour limiter le changement climatique à 1,5, 2 ou même 3 degrés C. Ce que nous avons fait n'est clairement pas suffisant. Nous avons besoin de toutes les options sur la table, et davantage encore. Depuis plus d’une décennie, la politique en matière d'énergie nucléaire a regressé à la fois dans les différents pays de l'UE et au niveau de l'UE en général.

Si l’Europe abandonne ses investissements dans le nucléaire - pas de nouveaux réacteurs ni d’exploitation dans la durée - cela signifiera 4 milliards de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre supplémentaires, selon l’AIE (2019), et des coûts d’atténuation du changement climatique bien plus élevés. Selon le GIEC (2018), pour avoir une chance de limiter le réchauffement climatique à près de 1,5 ° C, il faudrait disposer d’une quantité d’énergie nucléaire à travers le monde plusieurs fois plus grande que ce qui existe à présent. Cela s'ajoute aux énormes quantités d'énergie renouvelable ajoutées et aux améliorations héroïques en matière d'efficacité énergétique.

Afin de faciliter les investissements dans des activités durables, la Commission européenne a nommé un groupe d'experts techniques (TEG) chargé de construire une taxonomie des investissements durables. L’objectif principal de cette taxonomie est d’être une source incontournable pour les investisseurs et les fonds à la recherche d’investissements durables.

La première version de la taxonomie est maintenant disponible (lien ci-dessous). Le nucléaire a été considéré, ses avantages pour l'atténuation du changement climatique ont été reconnus, mais il a néanmoins été laissé de côté.

Pourquoi les experts ont-il exclu le nucléaire ? A ce que l’on peut en savoir, ils ont trouvé des preuves contradictoires et complexes concernant le stockage à long terme des déchets, et ils ont fini par exiger des preuves empiriques des opérations de stockage définitif afin de garantir qu'ils respectent le critère de non-nuisance (DNSH).

Pour arriver à cette position, les membres du TEG ont dû passer par plusieurs étapes :

Premièrement, toutes les réglementations et législations sur le nucléaire, tant au niveau européen que national, stipulant spécifiquement que les déchets nucléaires doivent être gérés de manière responsable sans causer de dommages importants - ce que l’industrie nucléaire fait avec beaucoup de succès depuis des décennies - ont été rejetées.

Deuxièmement, on semble faire l’hypothèse que les décennies de recherches internationales sur la démonstration de la sûreté du stockage des déchets nucléaires ont été criblées d’erreur. Et pas seulement erronées, mais erronées au niveau de milliers de fois. Ces recherches montrent clairement que des stockages définitifs peuvent être construits pour être extrêmement sûrs, répondant ainsi à l’exigence de ne pas causer de dommages importants.

Troisièmement, pour une raison inconnue, les meilleurs experts et les autorités nationales de contrôle de la sûreté nucléaire n’ont pas remarqué ce pretendu manque de preuve de sûreté à long terme, et au contraire ont déclaré soutenir la construction de ces dépôts conformément aux exigences de la législation et de la réglementation relatives à DNSH.

Enfin, l’hypothèse semble être que non seulement nous avons eu terriblement tort sur le sujet sans que personne ne le remarque, mais que nous ne pouvons rien faire pour améliorer la situation. Même si, eh bien, nous gérons des déchets nucléaires depuis des décennies en Europe sans faire de mal à personne.

Il est vrai que les déchets nucléaires posent une question complexe et le groupe TEG, qui avait un calendrier très serré avec la taxonomie, a demandé plus de temps pour rassembler des preuves supplémentaires sur le sujet.

Le fait est que si nous n'agissons pas maintenant, il est impossible de savoir à quel point ce sujet sera enterré dans les profondeurs du système politique de l'UE. Nous savons que l’Allemagne et certains autres pays aimeraient enterrer l’énergie nucléaire en Europe, ils l’ont dit très clairement publiquement à plusieurs reprises. Mais nous avons les preuves que, s’ils le font, ils enterreront également nos espoirs d’atténuer le changement climatique en temps voulu. Donc, nous ne pouvons pas les laisser faire.

Chez Energy for Humanity et THINK ATOM, nous avons passé l’été à faire des recherches et à rédiger une réponse pour le groupe d’experts techniques. Nous l'appelons «l'Évaluation de la durabilité nucléaire». Vous pouvez télécharger le pdf au lien ci-dessous et découvrir notre argument par vous-même.

energyforhumanity.org/wp-content/uploads/2019/09/SustainableNuclearconsultationwebpages.pdf

Paix et amour pour tous, et le nucléaire pour le climat,

Kirsty Gogan, directrice mondiale, Energy for Humanity (Énergie pour l'humanité), Rauli Partanen, THINK ATOM, Eric Ingersoll, Energy Options Netw

Reason

Si vous voulez faire un petit geste pour une politique énergétique et climatique européenne mieux informée, plus efficace et fondée sur des données factuelles, veuillez signer cette pétition et la partager avec vos amis. Il ne s'agit pas de soutenir le nucléaire, bien qu'il soit clair que nous le soutenions en tant qu'élément d'une combinaison équilibrée, rentable et propre d'énergies - tout comme le fait tout plan sérieux d'atténuation du changement climatique. Il s'agit d'appuyer des politiques éclairées et fondées sur des données scientifiques, où qu'elles se trouvent et quelles qu'elles soient.

Thank you for your support, Julie Wornan from Puteaux
Question to the initiator

This petition has been translated into the following languages

L'énergie électronucléaire permet de lutter contre l'effet de serre. Elle rentre totalement dans la stratégie nationale bas-carbone prônée par le Gouvernement français pour atteindre les objectifs de l'accord de Paris de 2015. L'Europe, dominée par une Allemagne antinucléaire, devrait reconnaître le financement de cette industrie en tant qu'energie durable. Si on abandonne le nucléaire, le gaz russe le supplantera au mépris des rejets de CO2 et de notre indépendance énergétique. Messieurs les élus européens, ne suivez pas cette phobie allemande antinucléaire et retrouvez du bon sens !

No CONTRA argument yet.

Help us to strengthen citizen participation. We want your petition to get attention and stay independent.

Donate now