L'urgence de la crise climatique est une raison suffisante pour abandonner la sortie du nucléaire.

Les soussignés en appellent aux décideurs politiques en Belgique et en Allemagne de :

  1. viser une industrie de l'énergie avec des émissions de CO2 nulles ou négatives au lieu de viser 100 % d'énergies renouvelables,

  2. suspendre la fermeture anticipée prévue des centrales nucléaires aussi longtemps que des ce trales à combustibles fossiles seront en service,

  3. ne pas entraver politiquement l'expansion nécessaire de l'énergie nucléaire dans l'UE, mais pl tôt de la soutenir,

  4. ne pas construire de nouvelles centrales à combustibles fossiles et d'envisager de nouvelles centrales nucléaires lors du remplacement des centrales à combustibles fossiles.

En guise de mesure immédiate et de geste sérieux concernant notre problème climatique, nous demandons au gouvernement fédéral allemand de suspendre la fermeture de la centrale nucléaire de Philippsburg prévue pour la fin de cette année et de fermer centrales au charbon à la place. Cela permettra non seulement de prévenir les décès évitables dus à la pollution atmosphérique[6], mais aussi de rapprocher nos objectifs de réduction des émissions. Tant que les centrales à combustibles fossiles continueront à fonctionner, il est irresponsable de fermer des centrales nucléaires en état de marche avec des coûts d'exploitation relativement faibles et des émissions nulles.

Avec une bonne politique climatique, nous pouvons améliorer l'avenir de la civilisation humaine - même maintenant et immédiatement - en réduisant plus rapidement la pollution atmosphérique. Pour y parvenir, nous devons nous libérer des contraintes injustifiées et traditionnelles et plutôt travailler ensemble en utilisant tous les moyens à notre disposition, y compris l'énergie nucléaire.

Les signataires initiaux agissent sous leur propre responsabilité et ne parlent pas au nom des organisations dans lesquelles ils travaillent de manière professionnelle ou bénévole. Il en va de même pour tous ceux qui se joignent à cet appel:

Dr Maarten Boudry (philosophe des sciences, Université de Gand), Dr Dr Simon Friederich (philosophe des sciences, Université de Groningue, Conseil d'administration de l'Ökomoderne e.V.), Kirsty Gogan (PDG d'Energy for Humanity), Prof Dr James Hansen (climatologue, Université Columbia), Prof Dr Dr Rafaela Hillerbrand (philosophe des sciences et éthicienne de la technologie, Institut de technologie de Karlsruhe), Mark Lynas (auteur et militant écologiste), Iida Ruishalme (biologiste, blogueuse sur Thoughtscapism.com et Mother for Nuclear), Amardeo Sarma (ingénieur électricien et leader du mouvement sceptique et rationaliste mondial), Dr Anna Veronika Wendland (historienne de l'Europe de l'Est et de la technologie, Marburg/Leipzig).

Reason

Nous écrivons cette lettre ouverte avec une profonde préoccupation pour les générations futures et le monde vivant. En brûlant des combustibles fossiles et en émettant des gaz à effet de serre, nous provoquons le réchauffement de la planète, acidifions les océans et menaçons les régions côtières en augmentant le niveau de la mer. Les conséquences risquent d'être profondes, auto-renforçantes et potentiellement irréversibles. Nous sommes convaincus que nous pouvons éviter les pires risques et façonner un avenir positif grâce à la science et à l'utilisation judicieuse de tous les moyens à notre disposition.

Pour maintenir le changement climatique dans des limites gérables, nous devons sortir de l’utilisation des combustibles fossiles dès que possible. Au moins depuis le rapport scientifique américain Charney de 1979 [1], nous savons que le doublement de la concentration de dioxyde de carbone dans l'atmosphère entraînera un réchauffement planétaire de 1,5°C à 4,5°C. Nous savons également depuis des décennies que les combustibles fossiles causent des dizaines de milliers de décès par pollution atmosphérique. Cependant, le mouvement écologiste de l'époque ne protestait guère contre les centrales au charbon, mais plutôt contre les centrales nucléaires, les considérant comme une menace inacceptable pour l'humanité et la planète.

Cette évaluation s'est révélée être une erreur tragique. De toutes les grandes sources d'énergie, si l'on tient compte du cycle de vie complet de la source, l'énergie nucléaire est l'une des plus sûres, peut-être la plus sûre [2,3]. Beaucoup plus de personnes sont mortes prématurément à cause de l'exploitation normale des centrales à combustibles fossiles qu'à cause d'accidents nucléaires. Et puisqu'en réponse à la peur de l'énergie nucléaire, les gouvernements ont fermé les centrales nucléaires et les ont le plus souvent remplacées par des centrales à combustibles fossiles, le mouvement antinucléaire a causé beaucoup plus de dommages aux humains et à l'environnement qu'il n'en a empêché.

Cela vaut pour la Belgique et l'Allemagne. Rien qu'en Allemagne, l'utilisation de l'énergie nucléaire entre 1971 et 2009 a permis d'éviter entre 29 000 et 470 000 décès prématurés dus à la pollution atmosphérique [4]. Aujourd'hui, cependant, les gouvernements ferment prématurément les centrales nucléaires tout en continuant d'exploiter des centrales fossiles et même d'en planifier de nouvelles. Nous estimons que cela est inacceptable sur le plan éthique.

Les centrales nucléaires produisent encore environ un quart de l'électricité à faibles émissions en Allemagne et environ trois quarts en Belgique. Néanmoins, les autorités prévoient de fermer toutes les centrales nucléaires, en Allemagne d'ici 2022, en Belgique d'ici 2025. Ceci est le cas malgré le fait que leur fonctionnement est compatible avec une nouvelle expansion de l'énergie éolienne et solaire et qu’il contribue à un approvisionnement en électricité de base fiable et indépendante des conditions météorologiques et de l'heure. Selon l'état actuel des connaissances scientifiques, l'objectif d'une électricité sans émission est le plus susceptible d'être atteint si, en plus de l'énergie solaire et éolienne, une source de production indépendante de la météo et de l'heure, comme l'énergie nucléaire, est utilisée dans une large mesure [5].

La Belgique et l'Allemagne ont toutes deux élaboré des plans explicites pour la construction de nouvelles centrales à combustibles fossiles, à savoir des centrales à gaz. Il est vrai que ces centrales, comparées aux centrales au charbon, n'émettent qu'environ la moitié des gaz à effet de serre, les investissements dans de nouvelles centrales à combustibles fossiles rendent extrêmement improbable la décarbonisation complète de notre système énergétique d'ici le milieu du siècle. Cependant, cela est nécessaire pour atteindre les objectifs climatiques de 1,5°C ou 2°C.

Literature:

[1] Charney, J. G. et al. (1979), Carbon Dioxide and Climate, A Scientific Assessment. Report of an Ad Hoc Study Group on Carbon Dioxide and Climate to the Climate Research Board, Assembly of Mathematical and Physical Sciences, National Research Council.

[2] Anderson, K. et al. (2013), A Review of Research Relevant to New Build Nuclear Power Plants in the UK (commissioned by Friends of the Earth UK). Tyndall Centre, University of Manchester, www.foe.co.uk/sites/default/files/downloads/tyndall_evidence.pdf.

[3] Markandya, A. et Wilkinson, P. (2007), Electricity generation and health. The Lancet, 370(9591), 979-990.

[4] Kharecha, P.A. et J. E. Hansen (2013), Prevented mortality and greenhouse gas emissions from historical and projected nuclear power. Environmental Science and Technology, 47, 4889-4895.

[5] Jenkins, J. D., M. Luke et S. Thernstrom, (2018), Getting to zero carbon emissions in the electric power sector. Joule, 2(12), 2498-2510.

Thank you for your support, Simon Friederich from WINSUM
Question to the initiator
pro

Le nucléaire est la seule solution actuelle à l’abandon des énergies fossiles qui conduisent au réchauffement climatiques

contra

No CONTRA argument yet.

Why people sign

  • Peter Hähner PZ Alkmaar

    26 min. ago

    To put nuclear back into the picture as THE technology enabling mitigation of climate change.

  • 2 h. ago

    Climate change is the biggest threat to our children. We have no right to abandon solutions on the basis of irrational arguments and dogmatic approaches.

  • Nicht öffentlich Castellina marittima

    3 h. ago

    Perché il nucleare è una fonte energetica a ridotta emissione di co2

  • 4 h. ago

    Nous ne pouvons pas décarboniser le monde tout en satisfaisant nos besoins en énergie sans faire appel au nucléaire. De plus c'est la seule façon d'assurer une fourniture continue en l'absence de production avec énergie fossile.

  • 5 h. ago

    Tant qu'on n'aura pas développé de nouveaux procédés économiques, fiables et pratiques, de stockage de l'électricité en grandes quantités ( autres que le stockage hydraulique, impraticable dans des pays autres que montagneux), les énergies renouvelables seront incapables d'alimenter les utilisateurs de manière fiable et disponible en permanence. Il faudra donc disposer d'une autre source. Seule l'énergie nucléaire peut assurer ce complément sans augmenter la production de CO2.. On devrait donc investir massivement dans le développement des nouvelles filières (thorium, EPR...). Si les européens ne le font pas, ils seront, ici aussi, dépassés par la Chine

Tools for the spreading of the petition.

You have your own website, a blog or an entire web portal? Become an advocate and multiplier for this petition. We have the banners, widgets and API (interface) to integrate on your pages.

Signing widget for your own website

API (interface)

/petition/online/politique-climatique-avec-lenergie-nucleaire/votes
Description
Number of signatures on openPetition and, if applicable, external pages.
HTTP method
GET
return format
JSON